L’étude a permis de déceler le niveau de mise en relief du lien genre-climat par les acteurs clés et propose des pistes pour la stratégie nationale genre et changement climatique qui sera élaborée au courant de l’année 2019 avec l’appui du NDC Support Programme du PNUD. La méthodologie utilisée pour atteindre les objectifs de l’étude, a favorisé l’expression de chacun et chacune, tant au sein du secteur public que privé.

Que retenir de l’ étude ?
Au niveau des documents de politiques, peu de références sont faites au genre, encore moins aux concepts genre et climat à la fois. On note par ailleurs, des difficultés d’accès aux documents.
Cependant, on relève divers opportunités pour l’intégration du genre et du climat à travers :

  • Une prise de conscience grandissante ;
  • Un cadre normatif et institutionnel favorable à l’intégration intersectorielle du genre ;
  • Des expertises au niveau de structures nationales telles que l’Observatoire National de l’Equité et du Genre (ONEG) , le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) et le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (FIRCA) ;
  • Des appuis techniques et financiers disponibles au niveau des partenaires au développement ;
  • Quelques bonnes pratiques et initiatives à encourager, à renforcer et à capitaliser notamment dans
    l’agriculture et la foresterie.

Toutefois, il reste des défis importants, tels que :

  • Les textes officiels du genre qui demeurent théoriques sans une application effective ;
  • Une compréhension du genre qui a tendance de se diriger exclusivement vers les femmes ;
  • Le manque d’une structure dédiée à la question de genre et d’expertise avérée en genre au Ministère officiellement en charge de cette question;